• Vous êtes ici :
  • Accueil
  • Salle de presse
  • « Les espèces ne vont pas disparaître, il n’y a d’autre moyen de paiement plus sûr et moins cher »
Salle de presse

« Les espèces ne vont pas disparaître, il n’y a d’autre moyen de paiement plus sûr et moins cher »

02 • 12 • 2019

2 décembre 2019

L’édition de Castille-et-León du journal économique El Economista a publié un entretien avec le Président et Fondateur du Groupe Global Exchange.

Isidoro J. Alanís déclare qu’on estime que le tourisme va augmenter de 4 % à l’échelle mondiale. La compagnie de change de devises atteindra cette année 8,5 millions de clients.

L’entreprise Global Exchange a ses origines dans un petit bureau de change de devises situé dans la frontière du village Fuentes de Oñoro. Étant présente dans 21 pays de cinq continents, elle est aujourd’hui devenue la deuxième entreprise la plus importante à l’échelle mondial fournissant le service de change de devises dans des aéroports internationaux, et Isidoro Alanís en est l’un des principaux responsables.

-Comment ça se passe dans l’entreprise cette année 2019?

Pour l’instant, ça se passe très bien parce que nous sommes en train de voir les résultats du grand pari que nous avons fait en investissant dans de nouvelles ouvertures. Les derniers bureaux que nous avons ouverts sont ceux d’Istanbul, qui ont entraîné un coût de 40 millions d’euros. C’était par contre un risque qui valait le coup de prendre, car maintenant nous avons 400 employés qui travaillent dans 41 bureaux dans l’aéroport le plus grand du monde. Nous les avons inaugurés en avril et jusqu’au moment, les résultats ont été très positifs. Quant aux autres aéroports, tout se passe bien, à exception de quelques zones où il y a des problèmes sociopolitiques, comme c’est le cas de Hong Kong ou Nicaragua.

-Dans le Plan stratégique 2017-2021 vous aviez prévu de doubler le nombre des clients jusqu’à 10 millions. Réussissez-vous petit à petit à atteindre les objectifs?

Oui, je pense. Il ne reste que deux ans pour 2021 et je n’y vois aucun problème. Il faut prendre en compte que cette année-ci, nous avons dû fermer nos bureaux de Turquie pendant cinq mois, donc si en 2020 tout se passe normalement, nous prévoyons d’atteindre 9 millions de clients. Nous avons des projets en cours pour ouvrir davantage de bureaux dans de nouveaux pays. Pour l’instant, tout va bien, mais nous sommes prudents, car fixer des objectifs si agressifs a fait que nous ayons doublé la taille de l’entreprise en cinq ans. De toute façon, atteindre 90 %, ce serait bien.

-Et comment s’adapte-t-elle Global Exchange aux nouvelles opportunités que nous offrent les nouvelles technologies?

Nous avons un Département de technologie très efficace. En fait, c’est le département le plus important du Siège Central. Sur les 135 employés qu’y travaillent, 80 font partie du Département de technologie. Nous sommes en train de faire des progrès dans le domaine de la digitalisation et cherchons de servir les clients finaux par d’autres moyens, ainsi que de nous adapter à tous les systèmes de paiement alternatifs. Nous acceptons en plus des paiements par carte de crédit.

Vous pouvez lire l’entretien complet sur le site internet d’El Economista

Plus d’infos:

COORDONNÉES PRESSE

Pour toute demande des médias sur le Groupe Global Exchange, veuillez contacter :

Responsable de Communication

Téléphone : +34 923 281 318

Email: comunicacion@grupoglobalexchange.com

Parque Empresarial Montalvo III. C/ Primera 17-19.
37188 Carbajosa de la Sagrada, Salamanca – España